Créosote 101: mieux la comprendre et la réduire

Si vous possédez un appareil au bois, vous avez sûrement déjà lu ou entendu maintes fois l'importance de faire nettoyer votre cheminée à chaque année par un expert certifié. Mais connaissez-vous vraiment la créosote, cette matière qu'il faut à tout prix éliminer de votre conduit de cheminée ? Si non, ces quelques informations vous inciteront sans doute à porter une attention particulière à cette tâche ô combien nécessaire.

Qu'est-ce que la créosote ?

La créosote est la principale cause des feux de cheminée. Il s'agit d'une substance malodorante hautement inflammable qui est engendrée par les gaz dégagés lors de la combustion du bois. Lorsque la température de votre conduit est inférieure à 250 degrés Fahrenheit, ces gaz se condensent dans votre cheminée et s'accumulent le long de la paroi. Puisque cette température descend souvent en-dessous du seuil, la créosote s'agglomère régulièrement.

La chaleur extrême et les braises incandescentes qui se propagent à travers la cheminée peuvent enflammer l'amas de créosote, et s'il y en a en quantité importante, le feu pourrait s'étendre à votre maison. C'est pour cette raison que le nettoyage annuel s'avère si essentiel.

Les étapes de l'accumulation

La créosote se forme en différentes étapes. À chaque phase suivante, elle évolue vers une matière plus dangereuse et plus difficile à enlever.

Étape 1: La créosote est molle et squameuse comme la suie. Elle est facile à éliminer à l'aide d'une brosse pour cheminée.

Étape 2: La créosote se condense en une substance squameuse dure et brillante qui adhère à la paroi de la cheminée comme le goudron. Bien qu'elle puisse sembler floconneuse, il est impossible de la brosser aisément à ce stade. La solution la plus efficace réside dans l'utilisation d'une perceuse puissante dotée de tiges métalliques.

Étape 3: Un ramoneur vise à éviter d'atteindre cette étape, car la matière s'est transformée en un combustible collant très concentré. À l'œil, vous percevez le long de la paroi une substance ressemblant à du goudron qui s'épaissit au fur et à mesure que la créosote se condense. Plus elle est massive et dure, plus s'en débarrasser devient ardu.

Il existe plusieurs options pour nettoyer la créosote dans cette forme. Des dissolvants chimiques peuvent être utilisés dans certains cas, ou une tête rotative avec des chaines quand elle présente une consistance dure, mais pas collante. Cette dernière alternative n'est toutefois pas recommandée si votre revêtement de cheminée est conçu en argile ou en céramique, car le processus peut déloger des fragments brisés de la doublure. Dans la plupart des cas, la meilleure option consiste à retirer le conduit de fumée et à le remplacer.

Sans un équipement et une formation appropriés, il est judicieux de laisser l'élimination de la créosote à des professionnels.

Comment minimiser l'accumulation de créosote ?

Si vous possédez un foyer ou un poêle au bois, il est impossible de complètement éliminer ce phénomène. Il existe cependant certaines façons de minimiser la créosote, l'empêchant ainsi d'atteindre la deuxième et la troisième étape avant votre prochain nettoyage. Il s'agit des meilleurs moyens d'y arriver.

N'utilisez que du bois de chauffage qui est bien sec

Il est possible de mesurer l'humidité du bois avec un humidimètre.

Ce bois doit avoir séché pendant 6 à 12 mois et avoir atteint un taux d'humidité de moins de 20% idéalement. Les bûches qui viennent d'être coupées contiennent une grande quantité d'humidité. Cette forte teneur en eau fait en sorte que plus de fumée s'en dégage lorsqu'elles brûlent et ces émanations se transforment en créosote. C'est l'opposé qui se produit lorsque le bois est sec.

Comment déterminer s'il a suffisamment été desséché ? Un humidimètre vous guidera à ce sujet. Vous pouvez vous en procurer un chez un marchand de poêles et foyers.

Avant de tester votre bûche, divisez-la en deux, car la face extérieure ou l'écorce peuvent être sèches, tout en ayant son centre encore humide.

Si vous jugez cette étape inutile ou fastidieuse, sachez qu'une autre bonne raison  justifie de s'y plier. Un bois mal séché diminue le rendement, c'est-à-dire la production de chaleur totale, car une énorme quantité d'énergie est gaspillée pour l'évaporation de l'eau à l'intérieur de chaque bûche.

Assurez-vous que votre feu a un apport d'air suffisant

L'air est essentiel pour un feu efficace. Si votre foyer comporte des portes en verre, il est préférable de les ouvrir afin de laisser les flammes respirer. Ainsi, elles brûleront à une température plus élevée, et élimineront ainsi une plus grande quantité de gaz de combustion.

Placez correctement vos bûches pour un meilleur rendement

La manière dont vous structurez le bois de chauffage affectera la performance. Placez-le de façon serrée avec des espaces intermédiaires pour le flux d'air. Ne fermez pas les portes du foyer (vitrocéramique) et ne restreignez pas trop tôt les réglages du débit d'air avant que le feu ne devienne assez chaud. Il ne l'est pas suffisamment s'il commence à couver et semble vouloir s'éteindre.

Pour plus d'information, communiquez avec le marchand PASSION FEU le plu près de chez vous.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Pinterest
Pinterest
Houzz
Follow by Email
RSS